Alphabet arménien

«Cet alphabet a été créé par un homme de génie doté d'un sens aigu de la patrie - il a été créé une fois pour toutes - il est parfait. Cette personne était comme Dieu au temps de la création… »

Alphabet arménien

L'alphabet arménien a été créé en 405 par le savant et prêtre Mesrop Mashtots. Initialement, l'alphabet était composé de 36 lettres, dont 7 voyelles et 29 consonnes. Au XIe siècle, deux autres lettres «O» (arm. «Օ») et «F» (arm. «Ֆ») ont été ajoutées. Le reste de l'alphabet est resté presque inchangé.

Comme la plupart des peuples anciens, les lettres de l'alphabet arménien remplissaient initialement une fonction numérique. À cette fin, les lettres de l'alphabet ont été divisées en 4 lignes, la première correspondant aux unités, la seconde aux dizaines, la troisième aux centaines et la quatrième aux milliers. Ce système numérique était l'un des plus avancés du monde antique. Le système de numérotation a été utilisé en Arménie jusqu'au 17ème siècle.

L’alphabet arménien joue un rôle important dans la préservation de l’identité nationale du peuple arménien. Malgré les périodes difficiles de l'histoire des Arméniens, l'Église arménienne a réussi à conserver plus de trente mille manuscrits arméniens créés entre les Ve et XVIIIe siècles, dont beaucoup sont conservés dans le Matenadaran d'Erevan et sur l'île de Saint-Lazare à Venise.

Matenadaran, du nom de St. Mesrop Mashtots, situé à Erevan, est l’un des plus grands dépôts de manuscrits au monde. Un monument à Mesrop Mashtots a été érigé devant le bâtiment et une inscription a été gravée à côté du mur: «Connaître la sagesse et les instructions, comprendre les paroles de l'esprit». Ce fut la première phrase écrite en lettres arméniennes.

«Cet alphabet a été créé par un homme de génie doté d'un sens aigu de la patrie - il a été créé une fois pour toutes - il est parfait. Cette personne était comme Dieu au temps de la création… », écrivait Andrei Georgievich Bitov à propos de l'alphabet arménien et de Mesrop Mashtots dans son ouvrage «Leçons de l'Arménie».